22 janvier : le flyer

Voilà le flyer pour notre concert de la semaine prochaine au Kibélé. J’espère que vous aurez compris l’allusion (pourrie) faite au nom du lieu. :) Faites tourner, envoyez par mail à tous vos contacts, et à jeudi prochain !

Flyer 22 janvier - Kibélé

9 Responses

  1. groug says:

    « Qui bêlait », aussi, hein ;)

    Bon, ce concert dépotait pas mal, le son était étonnamment très bon (même si on entendait au début plus Baptiste que Rémi, côté droit), c’était vraiment agréable de profiter de Deux Gars dans une configuration presque optimale. Vous avez enfin appris à faire des enchaînements entre les chansons, avec toujours ce petit blabla que j’apprécie, mais sans trop non plus traîner en durée comme vous avez pu faire par moment dans d’autres concerts (ce qui cassait le rythme), c’était moustache.
    Au niveau nouveaux morceaux / morceaux récents :
    – Louis sonne un peu trop Disney, pour moi (genre y aurait un film « Le roi Louis », ça pourrait être dans la BO), c’est sûrement ce chant en canon qui fait ça (qu’on retrouve dans « je veux pas d’enfant » (?))
    – Je veux pas d’enfant (?) était sympa, les paroles me plaisent, même si j’espérais sincérement que la fin annoncée (que je redoutais) n’arriverait pas. Mais c’est mon côté « faut que ça finisse mal ». Elle mettra peut-être du temps à s’intégrer, car moins bonne que certaines (mais j’ai mes préférées), mais elle y arrivera.

    Très surprenant le fait de faire monter des gens sur scène suite aux bafouilles, c’est principalement (et les textes, et la musique, et les voix, et les costumes) pour cette proximité et avec le public et cette spontanéité que Deux Gars est un groupe comme les autres, mais en mieux.

    Bref, j’espère que vous aurez de nouveau l’opportunité de jouer au Kibélé, qui était une salle qui vous a très bien mis en valeur :)

  2. Baptiste says:

    Merci groug :)

    Pour « Je ne veux pas d’enfant », la fin annoncée dont tu parles est en trompe l’oeil, la fin n’est « happy » qu’en apparence.

  3. Archonium says:

    Sauf erreur, la fin dis quand même quelque chose du genre « j’avais raison ». C’est vrai que c’est pas forcément du happy-end.
    Un énorme merci pour votre bafouillage et ce qui s’en est suivi, c’était quasiment un rêve de gosse, et ça fait un bien fou !

Laisser un commentaire


*